Liste des produits de la marque Auteurs de "La Scène circulaire"

Philippe Bachman est musicien et directeur de théâtre. Formé au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et à l’université Paris-IV Sorbonne, il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un diplôme de 3ème cycle de Sciences-Po Paris. Il a enseigné dans plusieurs universités. Compositeur, lauréat de la Villa Médicis Hors-les-Murs (1995) et du programme Américain Fulbright (1996), il a séjourné à New York. Soutenu par la Fondation BNP Paribas, il a tourné en trio dans une dizaine de pays et compose pour la scène internationale. Il a travaillé pour l’UNESCO, le ministère de la Culture, la Cité de la Musique et l’Ircam. Directeur général de l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée de 1997 à 2001, il est délégué général du chœur Accentus jusqu’en 2003. Depuis 2004, il dirige La Comète – Scène nationale de Châlons-en-Champagne. En 2008, il crée le Réseau 360° réunissant 17 lieux circulaires de spectacle vivant dans 10 pays. Depuis 2013, il est délégué général et artistique de War on Screen, festival international de cinéma. 

Ondine Bréaud-Holland est docteur en Arts et Sciences de l'art (université de Paris I). Elle enseigne la philosophie esthétique à l’École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco (ESAP) depuis 2004 et assure régulièrement, avec Mathilde Roman et Gilbert Della Noce, la direction scientifique des colloques de scénographie/scénologie organisés par l’ESAP (Les arts plastiques et la scène, Mise en scène du réel, L’objet scénique). Elle a rejoint en 2010, le Centre de recherche en histoire des idées de l'université de Nice-Sophia Antipolis où elle mène des recherches autour de  plusieurs axes : l’esthétique théâtrale et la scène contemporaine ; le vrai et le faux, la question de l’art. Elle publie régulièrement dans des revues comme Pavillon, Recherches poïétiques, Figures de l'Art ou La Nouvelle revue d'esthétique et participe à des colloques internationaux. Parmi ses publications récentes : « Le plateau ou l’expérience de la terreur », dans Jan Fabre esthétique du paradoxe, L’Harmattan, 2013 ; « Alain Badiou, Éloge du théâtre », dans Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 12 ;  « De l’acceptabilité du discours sur le faux »,  dans Noesis, Éthique et esthétique de l'authenticité, n° 21-22.

Diplômée de l’ENSAD à Paris en scénographie et en vidéo, Muriel Delamotte développe son travail dans les différents domaines liés à l’espace : théâtre, muséographie et cinéma, et associe fréquemment les technologies de l’image à ses réalisations. Scénographe et créatrice costumes, elle est attachée à plusieurs compagnies de théâtre contemporain et participe à des laboratoires et résidences de création, notamment dans des lieux non dédiés au théâtre. Récemment elle travaille pour la MCB avec Frédéric Constant : Andromaque, Une heure en ville (spectacle parcours/ ancien hôpital militaire Baudens), Le Petit Oignon (dépendances de l’Abbaye de Pontlevoy), et Félix Pruvost sur Zejde à Avignon... Professeur dans l’enseignement supérieur depuis 1998, elle a dirigé le département scénographie (théâtre et cinéma) d’une école d’art de 2003 à 2014 (Esat) et enseigne à l’Institut d’études théâtrales, Sorbonne Nouvelle Paris 3. Membre de l’Union des Scénographes (UDS).

Après avoir obtenue son bac STI Arts appliqués, Charlène Dray a été reçue à la Villa Arson, l’École nationale supérieure d’art à Nice. Ces deux années lui ont permis de commencer à entrevoir son désir artistique de travailler avec le vivant, plus particulièrement le cheval. Elle rejoint en deuxième année le Pavillon Bosio, l’École d’arts plastiques et de scénographie de la ville de Monaco qui offre un double cursus en art et scénographie. En juin dernier, elle obtient son Diplôme national supérieur d’expression plastique avec les félicitations du jury. Ses résidences lui permettent de continuer ses recherches en croisant l’art, la science, la danse, la technologie et même les étoiles. Sa prochaine expérience se fera à l’Astrorama (centre de d’observation des étoiles) où elle proposera de travailler à la « mise en orbite » d’un cheval et d’un danseur sur une scène circulaire.

Jean-François Dusigne est co-directeur d’ARTA (Association de recherche des traditions de l’acteur). Ancien membre du Théâtre du Soleil, il est comédien, metteur en scène et professeur en arts du spectacle, théâtre, ethnoscénologie à  l’université Paris 8. Il a publié Le Théâtre d’Art, aventure européenne du XXᵉ siècle ; Du théâtre d’art à l’art du théâtre, anthologie de textes fondateurs ; Le Théâtre du Soleil, des traditions orientales à la modernité occidentale ; L’Acteur naissant, la passion du jeu ; Les Passeurs d’expérience, ARTA, école internationale de l’acteur. 

Romain Fohr est docteur en sciences humaines et sociales (Arts du spectacle Théâtre). Enseignant-chercheur et membre du Centre de recherche en arts et esthétique à l'université de Picardie Jules Verne d'Amiens. Membre associé au centre de recherche de l'université Catholique de Louvain (écriture création représentation : littérature et arts de la scène). Conférencier à l'école nationale supérieure des arts visuels de La Cambre Bruxelles. Enseignant au théâtre-école d'Aquitaine Pierre Debauche, à l’école nationale des arts du cirque de Rosny-Sous-Bois et au conservatoire d'Orléans. Il collabore au groupe de recherches inter-universitaire et interdisciplinaire sur les revues de théâtre coordonné par Sophie Lucet (Paris 7), Marco Consolini (Paris 3) et Romain Piana (Paris 3). Ses domaines de recherche portent sur l'espace de la représentation et les lieux scéniques, le jeu de l'acteur et ses théories, l'état français et la politique culturelle, la décentralisation dramatique en France, les revues de théâtre francophone. Il a notamment publié des articles sur les artistes contemporains Yannis Kokkos, François Tanguy, et le collectif BERLIN. Il vient de publier Du décor à la scénographie. Anthologie commentée de textes sur l’espace scénique à L’entretemps.

Ludovic Fouquet est artiste visuel, metteur en scène et chargé de cours. Titulaire d’un doctorat autour de l’utilisation de la technologie chez Robert Lepage, il est le correspondant des revues JEU et ETC (Montréal). Fondateur de la compagnie songes mécanique (Blois), il crée des spectacles multimédia et des performances d’image en musée, qui questionnent le rapport d’un corps à une image. Chargé de cours à l’université Paris-3, à l’université Laval ou dans diverses écoles et théâtres (Esad, théâtre de Chaillot, école des arts visuels de Québec, école du cirque de Québec, …), il encadre des ateliers théâtre et vidéo ou de performances d’image. Avec Robert Faguy de l’université Laval, il prépare un manuel pratique sur l’intégration de la vidéo dans des projets scéniques (L’instant Même-2015). http://www.songesmecaniques.com/

Né en 1957 dans le sud de la France, Guy Freixe poursuit des études de lettres, tout en découvrant le métier de comédien. En parallèle des deux années de l’enseignement de Jacques Lecoq à l’École internationale du Mime-Mouvement-Théâtre, il poursuit des études théâtrales, et entreprend une thèse de Doctorat sur la problématique du masque à la scène, sous la direction de Bernard Dort. En 1981, Guy Freixe rejoint le Théâtre du Soleil dirigé par Ariane Mnouchkine. Il joue dans le cycle Shakespeare et dans L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, Roi du Cambodge d’Hélène Cixous. Guy Freixe quitte le Théâtre du Soleil pour commencer sa carrière de metteur en scène, d’abord à l’étranger (Norvège, Canada) puis en France. Il fonde à Paris, en 1988, la compagnie du Théâtre du Frêne qu’il dirige et dont il signe les mises en scène. En parallèle de ses créations, Guy Freixe consacre une partie de son travail à la formation théâtrale, il dirige de nombreux stages professionnels sur le jeu de l’acteur et en particulier sur le jeu masqué. 

Formé aux études théâtrales par Gérard Lieber, Philippe Goudard est professeur des universités en Arts du spectacle et dirige le programme « Cirque : histoire, imaginaires, pratiques » du laboratoire RIRRA 21, université Paul Valéry, Montpellier. Clown, acteur, auteur et producteur d’une quarantaine de spectacles de cirque et théâtre, il a codirigé avec Maripaule B. une compagnie de cirque « d’art et d’essai » durant trente ans. Médecin des arts, il œuvre à une reconnaissance des spécificités des problèmes de santé des artistes de cirque. Conférencier international, il est auteur de nombreux articles et contributions sur les arts du cirque.
Publications et travaux : www.philippegoudard.net

Metteur en scène, traducteur et comédien, Jérôme Hankins a été président du Théâtre de l'E.N.S. Ulm, assistant auprès d'Antoine Vitez et de Jacques Nichet, directeur des projets à la Scène nationale du Havre, metteur en scène résident au nouveau Théâtre national de Toulouse, puis associé au Théâtre-Studio d'Alfortville, où il crée Les Enfants d'Edward Bond, avec une quinzaine d'adolescents, spectacle qui tourne en France pendant plusieurs années. Directeur de L’Outil Compagnie, il explore l’œuvre pour jeunes publics écrite par Bond. En 2006, il crée Le Numéro d’équilibre au Festival d’Avignon avec le Théâtre national de la Colline. Ce travail s'articule autour d'un vaste projet d'éducation artistique en Picardie et au-delà. Associé depuis au Centre dramatique régional de Haute-Normandie, à Rouen, il conçoit, dans le cadre du "compagnonnage" pour jeunes comédiens en formation, une tétralogie : "Le Grand Jeu des idées", dont une moralité anonyme du Moyen-âge : Everyman. Il a participé à l'édition des Œuvres complètes de Shakespeare dans la Pléiade, et à un programme de traduction des pièces de Bond, dont il est en France le collaborateur et traducteur le plus proche. Il enseigne les Arts de la scène à l'université de Picardie Jules Verne (Amiens).

Scénographe attitré de toutes les créations du Théâtre Blanc depuis 1988 et grand complice de son premier metteur en scène Gilles Champagne, Jean Hazel a été nommé directeur artistique de la compagnie en 2003. L’audace, la curiosité et sa capacité à savoir métamorphoser un texte par des images percutantes caractérisent le « sculpteur d’espace », qui pratique son métier depuis qu’il a complété ses études au Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1985. Au fil des ans, il a contribué à la conception des décors, et souvent des éclairages, de plus d’une centaine de spectacles. À Québec, il a non seulement travaillé pour le Théâtre Blanc mais aussi au Théâtre du Trident, au Théâtre de la Bordée, au Théâtre de Sable et chez Ex Machina. Il a aussi œuvré à la Compagnie Jean-Duceppe à Montréal, au Théâtre de l’Escaouette à Moncton, au Théâtre Le Poche-Genève en Suisse, à La Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon en France, à L’envers du Théâtre de Bruxelles, en Belgique. Il a ainsi accompli plusieurs projets remarquables avec des metteurs en scène importants du Québec, du Canada et de l’étranger. Il a travaillé étroitement avec Gilles Champagne au sein du Théâtre Blanc, Robert Lepage, Martin Genest, Brigitte Haentjens, Martin Faucher, Franco Dragone et Serge Denoncourt. Depuis avril 2012, il est aussi le designer des expositions au Musée national des beaux-arts du Québec.

Plasticien, scénographe, concepteur lumière, Tom Huet vit et travaille à Paris et Rio de Janeiro. Son travail recouvre divers types de réalisations : installations, sculptures luminocinétiques, mise en scène de pièces immersives, scénographies, créations sonores. Parallèlement à ses collaborations avec différents artistes et compagnies, il poursuit un cycle de recherche à L’EnsadLab en lumière interactive. Son objet d’étude est axé sur la création des volumes de lumières dynamiques, des formes mouvantes qui sont autant de surfaces de projections mentales. Il cherche grâce à la puissance évocatrice des éléments à créer des espaces psycho-plastiques, des espaces qui peuvent traduire des sentiments et provoquer des sensations (tomhuet.com).

Auteur, acteur, scénographe et directeur d'acteurs, Jean Lambert-wild est  né en 1972 à la Réunion. En 1990, il commence l’écriture et la construction scénique de son Hypogée. En 1997, il devient artiste associé au Granit-Scène nationale de Belfort et fondera la coopérative 326. De 2007 à 2014 il dirige la Comédie de Caen - CDN de Normandie ; puis en 2015 le Théâtre de l'Union – CDN du Limousin et L’Académie – École supérieure professionnelle de théâtre du Limousin. Son travail d'écriture occupe une place majeure au sein de son œuvre qui allie tradition et innovation. Le théâtre qu’il défend est par essence un art multi « médium », le lieu où les codes de toutes les disciplines artistiques s’expriment et font sens. Il constitue pour chacun de ses projets un phalanstère de collaborateurs et place au centre de ses créations la mise en réseau de compétences artistiques, techniques, scientifiques ou universitaires, afin d’explorer de nouvelles perspectives pour l’art théâtral et l’écriture scénique.

Diplômée du Conservatoire Royal de Bruxelles (1989), Véronique Lemaire est comédienne et a travaillé en Belgique, France et Italie (1989-2005). Auteur d’une thèse intitulée Réalité et effet de réel dans la scénographie théâtrale contemporaine (UCL, 2011), elle enseigne à l'université catholique de Louvain, à l’École nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Nantes ainsi qu'à l'Institut St. Luc à Bruxelles. Membre du Centre de recherche ECR-Écriture, Création, Représentation (UCL), ses recherches se centrent sur l'histoire de la représentation et sur la scénologie de la représentation. Coauteur de Scénographes en France. 1975-2012 (dir. Luc Boucris, M. Freydefont) (Actes Sud, 2013) et auteur de "Christoph Marthaler-Anna Viebrock : le grand format de l'intime" (Alternatives théâtrales n°119, 2013) et de "Les mouvements du Rideau" (Théâtre/Public n°215, 2015). Elle est rédactrice en chef de la revue Études théâtrales (UCL).

Après une longue pratique de théâtre amateur et un diplôme d’architecte aux Beaux-Arts de Paris, Philippe Marioge a rejoint le théâtre de l’Aquarium et ses créations collectives en 1973 à 1976. Depuis il a réalisé 190 scénographies pour 58 metteurs en scène dont quelques compagnonnages de longue durée avec Didier Bezace, Jacques Nichet, François Joxe, Jean-Marie Patte, Valère Novarina, Jean Gaudin, Christine Dormoy, Bruno Abraham-Kremer. Cela représente un travail essentiellement théâtral dans le cadre de compagnies indépendantes, un grand nombre d’équipes inoubliables et de lieux à adopter dont la Cour d’Honneur à qui il doit beaucoup.

Architecte DPLG, scénographe diplômée, titulaire d'un DEA d'études théâtrales, Mahtab Mazlouman enseigne à l'École nationale supérieure d'architecture Paris La villette où elle est responsable de l'enseignement de la scénographie et de l'architecture théâtrale ainsi qu'au département des Arts du spectacle de l'université Paris Ouest Nanterre La Défense. Journaliste, elle collabore avec la revue spécialisée Actualité de la scénographie. Elle a contribué à l'ouvrage collectif Scénographes en France 1975-2012 publié en 2013 aux éditions Actes Sud. 

Marie-Madeleine Mervant-Roux est directeur de recherche au C.N.R.S. (études théâtrales), directrice-adjointe de THALIM (CNRS, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, E.N.S.), équipe ARIAS. Ses travaux sur le spectateur et sur les théâtres d’amateurs s’inscrivent dans une recherche sur la fonction dramatique en Europe. Elle a coordonné avec Jean-Marc Larrue (université de Montréal) un projet international sur « Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècle) et dirige le projet ANR ECHO [ÉCrire l’Histoire de l’Oral] « L’émergence d’une oralité et d’une auralité modernes. Mouvements du phonique dans l’image scénique (1950-2000) ».

Josef Nadj est né en 1957 en Voïvodine (actuelle Serbie), il dirige le Centre chorégraphique national d’Orléans depuis 1995. Sa formation au mime, à la musique, au jeu d’acteur et à la danse contemporaine lui ont permis de façonner un style singulier entre lyrisme, épure et théâtralité. Familier du Festival d’Avignon depuis 1992, il y a présenté onze spectacles et en a été l’artiste associé en 2006. Dans une scénographie circulaire, il présente Les Philosophes (2001) – grand prix de la critique 2001-2002 Palmarès danse par le Syndicat professionnel de la critique de théâtre, de musique et de danse, et Ozoon (2013). Il est fait Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres pour la contribution de ses œuvres au rayonnement des arts en France et dans le monde, 2011.

Scénographe, peintre et plasticien diplômé des Arts-Décoratifs de Paris en 2012 avec une proposition pour La Cerisaie, Jean-Baptiste Née travaille depuis pour les expositions et le théâtre, réalise des installations parrallèlement à son travail pictural. Il scénographie actuellement une exposition du peintre Alexandre Hollan dans l'Abbaye de Noirlac, une pièce de Stuart Seide en collaboration avec Philippe Marioge, travaille en binôme sur une installation dans l'espace public et collabore sur d'autres projets de plus long terme avec de jeunes créateurs de divers horizons. 

Après des études autour des architectures éphémères à l’École Boulle,  Éric Soyer conçoit des scénographies et des éclairages pour de nombreux metteurs en scène et  chorégraphes sur les scènes d’Europe. Il signe plusieurs collaborations depuis 2006 avec Hermès pour qui il crée les espaces lumineux des spectacles du Salon de Musique, pièces musicales et chorégraphiques uniques avec Shantala Shivalingappa et Ferran Salva, Raphael Delaunay et Antoine Hervé, Ofesh Shechter, David Drouard, Rachid Ouramdan puis Andrea Sitter. Il entame une collaboration avec l’écrivain, metteur en scène Joël Pommerat en 1997 qui se poursuit aujourd’hui autour de la création d’un répertoire de dix-huit spectacles de la compagnie Louis Brouillard plusieurs fois récompensée. Il s’initie à l’art chorégraphique en 2005 avec la Chorégraphe Nacera Belaza et poursuit cette exploration entre autre avec Thierry Thieu Niang et Philippe Saire. Il aborde l’opéra contemporain avec les compositeurs Oscar Strasnoy, Oscar Bianchi, Daan Jansen et  Philippes Boesmans . Il reçoit le prix de la critique journalistique française pour son travail en 2008 et en 2012.

Après des études à l’École supérieure d’art et de design d’Amiens, Antoine Vasseur obtient une maîtrise en Arts du spectacle sous la direction d’Anne-Françoise Benhamou (Paris 3). Il est titulaire d’un Diplôme propre aux écoles d’architecture (DPEA) en Scénographie de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. En 2005, il est assistant scénographe de Daniel Jeanneteau à l’Opéra Garnier. Il travaille comme scénographe avec Ludovic Lagarde, Simon Delétang, Émilie Rousset, Sylvie Baillon, Pierre Kuentz, Éric Languet, Nicolas Saelens, Charles Lee, Sylvie Zzani et Arthur Nauzyciel. Il publie « Étude du paysage au théâtre », dans Registres, n° 7, Presse de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2001. 

Auteur de deux romans publiés chez Gallimard au début des années cinquante, Michel Vinaver  entre comme stagiaire en 1953 dans la multinationale Gillette puis gravit les échelons jusqu’à devenir PDG de Gillette France en 1966. En 1982, il quitte l’entreprise pour l’enseignement du théâtre aux universités de Paris III et Paris VIII. Il s’est inspiré de son parcours professionnel pour nourrir son écriture théâtrale avec notamment Par-dessus bord  (1969), La Demande d’emploi  (1972), À la renverse (1979). Auteur d’une œuvre visionnaire (Théâtre complet chez Actes sud et à L’arche en huit volumes), avec des pièces de théâtre sur la société libérale et marchande (notamment mises en scène par Antoine Vitez, Jacques Lassalle, Christian Schiaretti, Arnaud Meunier), il est considéré comme l’un des plus grands auteurs du théâtre français contemporain. Il a fait son entrée au répertoire de la Comédie-Française en 2009 avec L’ordinaire. Sa dernière pièce Bettencourt Boulevard ou une histoire de France sera créée au Théâtre national populaire de Villeurbanne en novembre 2015.

Norbert Willème (né à Metz en 1988), architecte d’intérieur et scénographe, après une année de préparation aux concours des grandes écoles d’arts appliqués à l’Atelier Hourdé (Paris 17e) en 2007, et un double diplôme en Design d’environnement, Architecture intérieure et Scénographie Théâtre et Cinéma, terminé en 2012, il trouve ses marques dans la scénographie événementielle en tant qu’architecte intérieur, chef de projet, jusqu’en 2014 (St Cloud, 92). Depuis, il mêle ses compétences créatives et techniques dans le domaine de la scénographie et de l’architecture intérieure à son compte, et développe son côté artistique en réintégrant une formation continue dans les Arts Graphiques et le Web Design.

Il y a 1 produit.

Affichage 1-1 de 1 article(s)